La Dernière Heure, 30 mai 2009

370 pages sur “l’urbanisme du sacrifice” dans le bas de Saint-Gilles. Un livre témoin.

SAINT-GILLES • Journaliste, défenseur ardent des expropriés du bas de Saint-Gilles sous la houlette du Comité de quartier, réalisateur (d’un édifiant « Dans 10 jours ou dans 10 ans… »), Gwenaël Breës poursuit son devoir d’info sur l’un des “fiascos” urbanistiques les plus colossaux des dernières décennies.

L’INVESTIGATION de l’ex-habitant des abords de la gare du Midi se découpe thématiquement. Il y décortique les “vautours”, les “douze travaux de Bruxelles-Midi”, le “plan délogement” (c’est-à-dire les 5 plans d’expropriations) d’une zone naguère définie comme prioritaire par les instances régionales. La 4e de couverture rappelle l’enjeu de la publication. Et met surtout sur le tapis la méthode qui devait mener au développement international du site : le “progrès” qui a suscité “convoitises immobilières et déclenché le nettoyage social d’un quartier populaire…”
Mais Gwenaël Breës n’est pas homme à balancer sans preuve, ni à éluder le nom de responsables. Ainsi entre moult documents iconographiques, le récit s’arcboute-t-il sur des éléments jamais sortis et une conclusion laissant songeur. 85.000 m2 auront été construits lorsque l’opération régionale “aura porté ses fruits”. Qui en tirera les marrons du feu ? Réponses en 370 pages.

Guy Bernard